• slideshow
  • slideshow
  • slideshow

 

Nos vêtements

Nous sommes habillés comme la bourgeoisie (fe. Avocats, notaires, nobles compatriotes) du 19ème siècle, plus précisément entre 1820 à 1890. Luxembourg n'avait pas de mode propre. Nous avons été influencés par des villes comme Paris, Londres et Berlin. Certains de nos vêtements sont des originaux, d'autres ont été cousus et façonnés à la main.

Vêtements pour femmes:

Les jupes ont été très larges jusqu'à environ 1860/1870. Plus tard, les jupes larges devenaient toujours plus étroites. C'était le mode de porter jusqu'à sept jupons, tout comme fan ivoire, parasol et le très petit sac, appelé "Ridicule". Les boucles d'oreilles touchaient l'épaule. Les femmes tenaient à la main un mouchoir en tissu d'ornement à des fin décoratoves. Les chaussures et les bottes avaient de talons d'une hauteur de 4-5 cm.

Vêtements pour hommes:

En 1850, la mode masculine était très colorée; en 1860 a commencé la mode avec le costume de couleur unie, plus tard il a été transféré dans le noir. Le bâton de marche avec un bouton d'argent était un symbole de statut, tout comme le cylindre ou le chapeau de paille (canotier) et pipe d'écume. En 1896, les pantalons n'avaient pas de plis; cela a été introduit par le "Prince de Galles". A partir de 1830, les hommes portaient des barbes de toutes les formes et styles.

 

 

Historique

Le 11 avril 1984, des amis de la chanson luxembourgeoise se sont rencontrés "Beim Zeutzius" à Fetschenhaff, afin de fonder une chorale folklorique. Ainsi, selon la procédure usuelle, un comité fut élu, à qui on confia la charge difficile de la fondation d'une association avec effet au 1 janvier 1985.

Ce comité se composait de:

Rollinger Neckel   président

Fixmer Anni        secrétaire

Goedert Bert        caissier

Grâce à l'engagement du premier chef de choeur René Hornick et au travail intensif de tous les chanteurs, l'association Lidderuucht Lëtzebuerg pouvait présenter son premier concert au grand public le 12 décembre 1984 dans la salle "Sang a Klang" à Pfaffenthal.

La première pièce sur scène a été écrite sur une idée de René Hornick.